EXPORTATION

Aujourd’hui, le Québec peine à exporter ses surplus, les lignes de transport sont à pleine capacité et de la production supplémentaire demeure en construction, à des coûts beaucoup plus élevés que par le passé.

 

Le prix de l’énergie est en baisse partout et rien ne laisse supposer une hausse : le stockage à grande échelle est à nos portes, ce qui rendra pérenne les approvisionnements en éolien et solaire, et participera à réduire les problèmes liés aux demandes de puissance à la pointe; d’autres innovations, tels les réseaux intelligents (smart grids), changent également la donne.

 

Le ROEÉ considère donc qu’aucune nouvelle source de production, outre l’efficacité énergétique, ne devrait être ajoutée, que l’État devrait viser l’autosuffisance en premier lieu et que l’exportation de nos surplus devrait être réfléchie consciencieusement et globalement, dans une perspective à long terme de durabilité et de rentabilité (sociale, économique et environnementale).

Vous avez besoin de plus d’information?

Vous souhaitez collaborer?

Recevoir nos communiqués